JFK et cannabis : une romance cachée ?

John F. Kennedy, largement connu par ses initiales JFK, est né en 1917, un 29 mai. Et si son mandat à la Maison Blanche a été écourté (3 ans en tout) par les tragiques circonstances de son assassinat en 1963, JFK n’en reste pas moins une figure emblématique et hautement respectée de la vie politique aux Etats-Unis. C’est à l’occasion de son anniversaire que High Times a voulu lui rendre un hommage un peu particulier, en ressortant un entretien réalisé en 1974 avec une personne anonyme qui prétend avoir été le dealer d’herbe de JFK.

Difficile de juger de la crédibilité de cet anonyme, mais High Times dit s’être suffisamment renseigné auprès de diverses sources avant d’accepter un entretien avec cette personne qui s’était présentée proactivement. Voici les grandes lignes qui ressortent de cette entrevue.

La rencontre avec JFK :

Tout d’abord, ce « dealer anonyme » précise qu’il ne faisait pas partie du cercle proche des Kennedy. Il indique cependant qu’il a connu Ted Kennedy – un des frères de JFK – durant ses études. Après son passage par Harvard, il est embauché à La Havane, à Cuba, où il passera deux ans en tant que rédacteur pour un gros magazine. C’est peu après son retour aux Etats-Unis qu’il est contacté par un correspondant de la Maison Blanche, et rencontre le président Kennedy pour lui soumettre un rapport sur ses travaux à Cuba. C’est là que les détails deviennent assez croustillants.

A noter que, non content d’être considéré comme une référence concernant les Caraïbes et Cuba en particulier, il dit aussi avoir de nombreux contacts lui permettant de ne jamais être à court d’herbe de bonne qualité.

Après cette rencontre qui aura lieu sous l’œil de quelques journalistes, le « dealer » est invité par le président à rester fumer un des cigares qu’il a eu la bienveillance d’offrir à JFK. Ce dernier est connu pour énormément souffrir de problèmes de dos. Ce jour-là ne fait pas exception et c’est alors que le sujet du cannabis intervient. Bien que visiblement non-consommateur, JFK montre un réel intérêt pour la plante et ses vertus. Il est très à l’écoute et semble avoir largement le recul nécessaire pour ne pas tomber dans la propagande anti-cannabis qui fait rage à cette époque.

A noter que, non content d’être considéré comme une référence concernant les Caraïbes et Cuba en particulier, il dit aussi avoir de nombreux contacts lui permettant de ne jamais être à court d’herbe de bonne qualité.

Après cette rencontre qui aura lieu sous l’œil de quelques journalistes, le « dealer » est invité par le président à rester fumer un des cigares qu’il a eu la bienveillance d’offrir à JFK. Ce dernier est connu pour énormément souffrir de problèmes de dos. Ce jour-là ne fait pas exception et c’est alors que le sujet du cannabis intervient. Bien que visiblement non-consommateur, JFK montre un réel intérêt pour la plante et ses vertus. Il est très à l’écoute et semble avoir largement le recul nécessaire pour ne pas tomber dans la propagande anti-cannabis qui fait rage à cette époque.

L’interviewé ne tarit d’ailleurs pas d’éloges : « Il est resté si peu longtemps vous savez – mille jours disent-ils – que nombreux sont ceux qui n’ont pu avoir qu’un bref aperçu du vrai John Kennedy… le Kennedy qui était si ouvert à la vie qu’il était prêt à s’ouvrir à un total étranger et à un sujet qui aurait pu horrifier le public. »

Quelques semaines plus tard, il aurait reçu un appel d’un proche de JFK, lui expliquant que le président préparait une petite escapade vacances, et qu’à ce titre, il aurait souhaité recevoir un briefing des notes prises par notre spécialiste de Cuba lors de leur précédente rencontre. Bien entendu, il ne lui a jamais été demandé de prendre de telles notes, et il s’agissait là d’un message « codé » pour demander un petit échantillon d’or vert.

Une limousine – dont le fournisseur affirma que le président se trouvait bien à l’intérieur – se présenta alors au domicile du fournisseur afin de récupérer le dû de JFK. Limousine qui rendra par la suite quelques autres visites au dealer anonyme, sans que celui-ci ne puisse toutefois réitérer ses affirmations au sujet de la présence du président dans le véhicule.

A noter toutefois que suite au décès de JFK et aux différentes analyses entreprises, aucune preuve de sa possible consommation de cannabis n’est ressortie.

Qu’en est-il de Robert Kennedy ?

La deuxième partie de l’entretien est consacrée aux relations du fournisseur avec divers membres de la famille rapprochée de Robert Kennedy, un des frères de JFK. Il décrit plusieurs rencontres avec des proches qui avaient visiblement eu la main un peu lourde sur le pochon de verte, et parlaient ouvertement du fait que Robert devrait travailler à la dépénalisation du cannabis. Le prétendu dealer semble être certain que Robert ne se privait pas de petits plaisirs cannabiques et aurait été un catalyseur pour une évolution des lois relatives au cannabis, s’il avait été président. Il ajoute aussi qu’un deuxième mandat de JFK aurait probablement fait évoluer les choses.

Oui… mais avec des « si »… on coupe des arbres, ou on met Paris en bouteille, et il aura malheureusement fallu attendre bien des années pour finalement voir la moindre évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le CBD (Cannabidiol) est un composé naturellement présent dans la plante de cannabis. Il est l’un des plus de 100 phytocannabinoïdes qui ont pu être identifiés par les scientifiques. Consommer du cannabidiol n’entraîne pas de dépendance / addiction, et au contraire du THC – une autre molécule de la plante de cannabis, il n’est pas psychoactif. Cela veut dire que vous n’aurez pas la sensation de vous sentir « high » ou euphorique en consommant du CBD. On prête au CBD de nombreux bienfaits, qui demandent pour la majorité à être prouvés de façon scientifique rigoureuse. Le cannabidiol est notamment utilisé pour lutter contre le stress, l’anxiété, les troubles du sommeil, pour la récupération musculaire ou les articulations, ou encore en support d’autres traitements pour des maladies telles que l’épilepsie.

Nous vous invitons à lire notre article complet sur le CBD pour connaître plus en détails cette fabuleuse molécule.

Le CBD et le THC sont tous des cannabinoïdes dérivés de la plante de cannabis, mais qui sont bien différents.

La distinction importante est que, au contraire du THC, le cannabidiol ne vous intoxiquera pas : il n’a pas de propriétés psychoactives.

Le CBD peut également bloquer certains des effets intoxicants du THC. En se liant aux récepteurs des cannabinoïdes, il empêche en effet le THC d’activer ces récepteurs. Cela se traduit par un effet psychoactif moins intense.

Cela ne signifie pas que le CBD, en soi, ne peut pas offrir un effet. D’importantes doses de CBD entraînent souvent une expérience fort relaxante

L’autre différence majeure est que le THC est officiellement illégal dans une majorité de pays, contrairement au CBD. Sur Kanabiz, vous ne trouverez toutefois que des produits 100% légaux dans votre pays.

Les phytocannabinoïdes présents dans la plante de cannabis imitent les endocannabinoïdes naturellement présents dans notre corps, de sorte qu’ils peuvent agir tel un « complément » – nous aidant au-delà de ce que notre corps peut produire par lui-même.

Le CDB agit en se liant aux récepteurs de cannabinoïdes dans le système endocannabinoïde (ECS) de notre corps, responsable de notre bien-être global.

Ces récepteurs sont présents dans presque tous les tissus et types de cellules du corps humain. Cela explique la palette apparemment très large d’utilisations possibles du CBD : du traitement du stress et de l’anxiété, en passant par le soulagement des douleurs et inflammations, ou encore le traitement de maladies comme certaines formes d’épilepsie.

En France, c’est bien le THC qui est considéré comme illégal (article R.5132-86 du Code de la Santé Publique), et non le CBD. Ce dernier n’est pas considéré comme une substance stupéfiante et cette règlementation ne s’applique donc pas au cannabidiol. Il est dans une zone grise dans la mesure où il n’est ni considéré comme légal, ni comme illégal, par le droit français. Sa commercialisation est possible si trois conditions cumulatives sont remplies :

  • Provenant de variétés de chanvre figurant sur une liste exhaustive validée par l’UE
  • La plante doit avoir un taux de THC inférieur à 0,2%
  • Seules les graines et fibres de la plante peuvent être utilisées

Il est toutefois à noter que la loi européenne est relativement plus souple, et prévaut théoriquement sur le droit français. Le droit européen (Règlement délégué UE 639/2014 et Règlement européen 1307/2013) indique la culture des variétés de Cannabis sativa L. est autorisée dans l’UE à condition qu’elles soient inscrites dans le “Catalogue commun des variétés des espèces de plantes agricoles” de l’UE et que la teneur en THC de la plante ne dépasse pas une concentration de 0,2 %.

Ce règlement s’applique bien entendu à la Belgique, membre de l’UE. Concernant la Suisse, les produits au CBD sont légaux tant qu’ils contiennent moins de 1% de THC.

Quoiqu’il en soit n’ayez crainte : l’équipe Kanabiz se tient constamment informée des dernières évolutions. Tous les produits que vous trouverez sur Kanabiz sont légaux dans votre pays.

Les raisons poussant les consommateurs de CBD vers celui-ci sont nombreuses. Certaines vertus sont confirmées par des recherches scientifiques alors que d’autres restent encore à confirmer par la science. Celle-ci en est encore à son balbutiement concernant le CBD mais les recherches sont nombreuses, de nouveaux bienfaits du cannabidiol sont fréquemment découverts et donnent de nombreux espoirs.

Le CBD est couramment utilisé pour faire face à ces maux / symptômes :

  • Gestion d’anxiété et du stress
  • Soulagement des douleurs chroniques, fibromyalgie
  • En dermatologie : peau irritée, démangeaisons, piqures d’insectes, peau sèche, acné, psoriasis, eczéma)
  • Dans le cadre du sport : courbatures, articulations douloureuses, douleurs musculaires

Des recherches sont par ailleurs en cours et prometteuses pour l’utilisation du CBD dans le traitement de certaines addictions (drogue, alcool, tabac) ainsi que de maladies comme l’asthme et le diabète.

Le CBD est par ailleurs utilisé aux Etats-Unis dans un traitement contre des formes graves d’épilepsie. Il est toutefois important de noter qu’en Europe et en France notamment, les produits au CBD ne peuvent en aucun cas être vendus en tant que médicament / traitement thérapeutique. Ceux-ci sont en effet considérés comme des compléments alimentaires.

0
    Votre Panier
    Votre panier est videContinuer les achats

    Mon Compte

    Accessoires en lien avec l’acte de fumer du cannabis légal, CBD : grinders, feuilles longues…

    Cookies, bonbons, boissons, thés, et autres douceurs à base de cannabis, chanvre et/ou CBD

    Produits à forte concentration en CBD. Concentrés, cires, gelées, isolats et autres…

    Large choix de cosmétiques pour le bain ou la douche: bombes de bain, savons, shampooings…

    Le plus grand choix de e-liquides au CBD. De nombreux parfums et concentrations disponibles.

    Large choix de fleurs CBD et haschs, toutes les variétés indica, sativa, hybrides...

    Le meilleur choix d’huiles sublinguales et topicales au CBD (mais aussi MCT, CBG...).

    Découvrez notre gamme de produits au CBD pour nos animaux favoris, chiens, chats…

    Le CBD avant un effort sportif permet d’avoir un regain d’énergie sans les effets d’autres stimulants.

    Découvrez notre gamme de vaporisateurs portables et pour la maison.