France : “Pourquoi il faut légaliser le cannabis” – L’appel de 70 médecins, politiques, économistes

L’Obs est un journal très populaire en France. Ils ont publié cette semaine un appel groupé demandant au gouvernement d’examiner la question de légaliser le cannabis. En effet, lorsqu’il s’agit de cannabis, la toute puissante répression ne fonctionne pas. Alors, abandonnons cette politique coûteuse et inefficace. L’Obs lance avec plus de 70 économistes, médecins et politiciens un appel à la légalisation encadrée. Principaux objectifs : la protection des mineurs, la sécurité et la santé publique.

Nous devons mettre un terme au statu quo. La France doit légaliser le cannabis, qu’il soit utilisé à des fins thérapeutiques ou récréatives, pour les consommateurs âgés de plus de 18 ans. Alors que ses voisins (Belgique, Allemagne, Espagne, Portugal, Pays-Bas…) ont tous assoupli leur législation, tandis que le Canada, l’Uruguay et plusieurs États américains ont fini par légaliser le cannabis, la France est à la traîne.

Le pays est accablé par une loi répressive datant de 1970, qui est totalement inefficace puisque nous sommes le pays de l’Union européenne où la consommation est la plus élevée. Entre 18 et 64 ans, un Français sur deux a déjà fait l’expérience du cannabis, et un adulte sur neuf en est un consommateur régulier. A 17 ans, 48% des jeunes en ont déjà pris. Au même âge, près d’un sur dix est un utilisateur régulier et un sur douze est considéré comme dépendant ou souffrant d’une utilisation problématique.

Du point de vue de la santé publique, cette interdiction semble difficile à justifier. Alors que le cannabis est moins dangereux, une fois le cerveau formé, que l’alcool, qui tue prématurément 41 000 personnes chaque année, et le tabac, 73 000. Nous savons que ce n’est pas un produit neutre, mais c’est précisément parce qu’il est nocif pour la santé, en particulier celle des mineurs, que nous devons contrôler sa production et sa distribution.

L’interdiction contribue à l’engorgement inutile des activités des juges et des policiers : plus de 130 000 personnes sont arrêtées chaque année pour en avoir consommé.

Aux États-Unis, la légalisation du cannabis dans plusieurs États a permis de réduire la criminalité le long de la frontière mexicaine. Quand la France acceptera-t-elle de faire face à la réalité, d’être pragmatique, face à cette impasse ? Les autorités publiques doivent agir. Et vite.

Les signataires sont :

Patrick Aeberhard Cardiologue, ancien Président de Médecins du Monde
Kenza Afsahi sociologue économiste, Université de Bordeaux-Centre Emile Durkheim
Ingela Alger Economiste, chercheuse au TSE, directrice de recherche au CNRS
Stefan Ambec Chercheur au TSE, Directeur de recherche à l’INRA
Gil Avérous Maire de Châteauroux (LR)
Jean-Paul Azam Chercheur au TSE, Professeur d’Économie, Université de Toulouse-I Capitole
Laurent Baron Maire de Pré-Saint-Gervais (PS)
Jacques Bascou Président (PS) de la communauté urbaine de Narbonne
Julien Bayou Conseiller régional, Porte-parole (EELV)
Esther Benbassa Sénatrice de Paris (EELV)
Christian Ben Lakhdar Professeur d’économie à l’Université de Lille
Amine Benyamina Addictologue
Ugo Bernalicis Député du Nord (LFI)
Yann Bisiou Professeur agrégé en droit privé à l’Université Paul-Valéry Montpellier-III
Jacques Boutault Maire du 2ème arrondissement de Paris (EELV)
Jean-Paul Bret Maire de Villeurbanne (PS)
Frédéric Cherbonnier Économiste, chercheur au TSE, professeur à l’Institut d’études politiques de Toulouse
Renaud Colson Lawyer, maître de conférences à l’Université de Nantes
Alexis Corbière Député de Seine-Saint-Denis (LFI)
David Cormand Membre du Parlement européen, secrétaire national d’EELV
Magali Croset-Calisto Psycho-addictologue
Gérard Cosme Président de Est Ensemble
Jean-Pierre Daulouède psychiatre addictologue
Marie Debrus Pharmacienne, Médecins du Monde
Philippe De Donder Chercheur au TSE
William Delannoy Maire de Saint-Ouen (UDI)
Karima Delli Membre du Parlement européen (EELV)
Jacques Delpla Économiste, Professeur associé au TSE
Tony Di Martino Maire de Bagnolet (PS)
Caroline Fiat Députée de Meurthe-et-Moselle (LFI)
Michel Fourcade Maire de Pierrefitte-sur-Seine (PS)
Robert Gary-Bobo Professeur d’économie Crest-Ensae
Stéphane Gatignon Ancien Maire de Sevran
Raphael Glucksmann Membre du Parlement européen (PS-Place publique)
Christian Gollier Directeur Général de TSE
Benoît Hamon Ancien ministre de l’Education nationale
Mathieu Hanotin conseiller départemental de Seine-Saint-Denis, ancien député de Seine-Saint-Denis (PS)
Olivia Hicks Médecin et première adjointe au maire du 2ème arrondissement de Paris
Touria Jaaidane Professeur d’économie à l’Université de Lille
Yannick Jadot Député européen (EELV)
Pierre Jouvet Président de la Porte de DrômArdèche, porte-parole du PS
Laurent Karila Psychiatre
Michel Kazatchkine Ancien Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme
Bertrand Kern Maire de Pantin (PS)
Olivier Klein Maire de Clichy-sous-Bois (PS)
Gaspard Koenig Président du think tank GenerationLibre
Bernard Kouchner Ancien ministre de la Santé
Annie Lahmer Conseillère régionale d’Ile-de-France (EELV)
François-Michel Lambert Député des Bouches-du-Rhône (EDU, x-LREM)
Bertrand Lebeau Addictologue
William Lowenstein Médecin, Président de SOS Addictions
Thierry Magnac Chercheur TSE, Professeur d’Économie à l’Université de Toulouse-I Capitole
Patrick Mennucci Conseiller municipal de Marseille
Alain Morel Psychiatre, addictologue, directeur général de l’association Oppelia
Claire Nouvian Militante écologiste
Danièle Obono Députée de Paris (LFI)
Mathilde Panot Députée du Val-de-Marne (LFI)
Thierry Pech Directeur Général du think tank Terra Nova

Pierre Person Député de Paris (LREM)
Emmanuelle Peyret Addictologue, Hôpital Robert-Debré
Eric Piolle Maire de Grenoble (EELV)
Police collective contre la prohibition (PCP)
Adrien Quatennens Député du Nord (LFI)
Jérôme Renault Chercheur TSE, professeur de mathématiques appliquées à l’Université de Toulouse-I Capitole
Régis Renault Professeur d’économie à l’Université de Cergy-Pontoise
Sabine Rubin Députée de Seine-Saint-Denis (LFI)
Hervé Saulignac Député de l’Ardèche (PS)
Paul Seabright Chercheur TSE
Guy Sebbah Médecin, membre du directoire du Groupe SOS Solidarités
Beatrice Stambul Psychiatre
Jennifer Stephenson Directrice des communications, Fondation JJ Laffont et TSEMD
SUD Intérieur
Aurélien Taché Député du Val-d’Oise (LREM)
Bénédicte Taurine Députée de l’Ariège (LFI)
Magalie Thibault Vice-Présidente du département Seine-Saint-Denis
Sylvine Thomassin Maire de Bondy (PS)
Khalid Tinasti Secrétaire exécutif de la Commission mondiale sur les drogues
Ludovic Toro Médecin et Maire de Coubron (UDI), Conseiller Régional d’Ile-de-France, membre de la Commission de Coordination des Politiques de Santé à l’ARS
Marie Toussaint Membre du Parlement européen (EELV)
Stéphane Troussel Président du département Seine-Saint-Denis (PS)
Daniel Vaillant Ancien ministre de l’Intérieur (PS)
Thierry Verdier Professeur d’économie (ENPC-ParisTech et Ecole d’Economie de Paris)
Michèle Victory Députée de l’Ardèche (PS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le CBD (Cannabidiol) est un composé naturellement présent dans la plante de cannabis. Il est l’un des plus de 100 phytocannabinoïdes qui ont pu être identifiés par les scientifiques. Consommer du cannabidiol n’entraîne pas de dépendance / addiction, et au contraire du THC – une autre molécule de la plante de cannabis, il n’est pas psychoactif. Cela veut dire que vous n’aurez pas la sensation de vous sentir « high » ou euphorique en consommant du CBD. On prête au CBD de nombreux bienfaits, qui demandent pour la majorité à être prouvés de façon scientifique rigoureuse. Le cannabidiol est notamment utilisé pour lutter contre le stress, l’anxiété, les troubles du sommeil, pour la récupération musculaire ou les articulations, ou encore en support d’autres traitements pour des maladies telles que l’épilepsie.

Nous vous invitons à lire notre article complet sur le CBD pour connaître plus en détails cette fabuleuse molécule.

Le CBD et le THC sont tous des cannabinoïdes dérivés de la plante de cannabis, mais qui sont bien différents.

La distinction importante est que, au contraire du THC, le cannabidiol ne vous intoxiquera pas : il n’a pas de propriétés psychoactives.

Le CBD peut également bloquer certains des effets intoxicants du THC. En se liant aux récepteurs des cannabinoïdes, il empêche en effet le THC d’activer ces récepteurs. Cela se traduit par un effet psychoactif moins intense.

Cela ne signifie pas que le CBD, en soi, ne peut pas offrir un effet. D’importantes doses de CBD entraînent souvent une expérience fort relaxante

L’autre différence majeure est que le THC est officiellement illégal dans une majorité de pays, contrairement au CBD. Sur Kanabiz, vous ne trouverez toutefois que des produits 100% légaux dans votre pays.

Les phytocannabinoïdes présents dans la plante de cannabis imitent les endocannabinoïdes naturellement présents dans notre corps, de sorte qu’ils peuvent agir tel un « complément » – nous aidant au-delà de ce que notre corps peut produire par lui-même.

Le CDB agit en se liant aux récepteurs de cannabinoïdes dans le système endocannabinoïde (ECS) de notre corps, responsable de notre bien-être global.

Ces récepteurs sont présents dans presque tous les tissus et types de cellules du corps humain. Cela explique la palette apparemment très large d’utilisations possibles du CBD : du traitement du stress et de l’anxiété, en passant par le soulagement des douleurs et inflammations, ou encore le traitement de maladies comme certaines formes d’épilepsie.

En France, c’est bien le THC qui est considéré comme illégal (article R.5132-86 du Code de la Santé Publique), et non le CBD. Ce dernier n’est pas considéré comme une substance stupéfiante et cette règlementation ne s’applique donc pas au cannabidiol. Il est dans une zone grise dans la mesure où il n’est ni considéré comme légal, ni comme illégal, par le droit français. Sa commercialisation est possible si trois conditions cumulatives sont remplies :

  • Provenant de variétés de chanvre figurant sur une liste exhaustive validée par l’UE
  • La plante doit avoir un taux de THC inférieur à 0,2%
  • Seules les graines et fibres de la plante peuvent être utilisées

Il est toutefois à noter que la loi européenne est relativement plus souple, et prévaut théoriquement sur le droit français. Le droit européen (Règlement délégué UE 639/2014 et Règlement européen 1307/2013) indique la culture des variétés de Cannabis sativa L. est autorisée dans l’UE à condition qu’elles soient inscrites dans le “Catalogue commun des variétés des espèces de plantes agricoles” de l’UE et que la teneur en THC de la plante ne dépasse pas une concentration de 0,2 %.

Ce règlement s’applique bien entendu à la Belgique, membre de l’UE. Concernant la Suisse, les produits au CBD sont légaux tant qu’ils contiennent moins de 1% de THC.

Quoiqu’il en soit n’ayez crainte : l’équipe Kanabiz se tient constamment informée des dernières évolutions. Tous les produits que vous trouverez sur Kanabiz sont légaux dans votre pays.

Les raisons poussant les consommateurs de CBD vers celui-ci sont nombreuses. Certaines vertus sont confirmées par des recherches scientifiques alors que d’autres restent encore à confirmer par la science. Celle-ci en est encore à son balbutiement concernant le CBD mais les recherches sont nombreuses, de nouveaux bienfaits du cannabidiol sont fréquemment découverts et donnent de nombreux espoirs.

Le CBD est couramment utilisé pour faire face à ces maux / symptômes :

  • Gestion d’anxiété et du stress
  • Soulagement des douleurs chroniques, fibromyalgie
  • En dermatologie : peau irritée, démangeaisons, piqures d’insectes, peau sèche, acné, psoriasis, eczéma)
  • Dans le cadre du sport : courbatures, articulations douloureuses, douleurs musculaires

Des recherches sont par ailleurs en cours et prometteuses pour l’utilisation du CBD dans le traitement de certaines addictions (drogue, alcool, tabac) ainsi que de maladies comme l’asthme et le diabète.

Le CBD est par ailleurs utilisé aux Etats-Unis dans un traitement contre des formes graves d’épilepsie. Il est toutefois important de noter qu’en Europe et en France notamment, les produits au CBD ne peuvent en aucun cas être vendus en tant que médicament / traitement thérapeutique. Ceux-ci sont en effet considérés comme des compléments alimentaires.

0
    Votre Panier
    Votre panier est videContinuer les achats

    Mon Compte

    Accessoires en lien avec l’acte de fumer du cannabis légal, CBD : grinders, feuilles longues…

    Cookies, bonbons, boissons, thés, et autres douceurs à base de cannabis, chanvre et/ou CBD

    Produits à forte concentration en CBD. Concentrés, cires, gelées, isolats et autres…

    Large choix de cosmétiques pour le bain ou la douche: bombes de bain, savons, shampooings…

    Le plus grand choix de e-liquides au CBD. De nombreux parfums et concentrations disponibles.

    Large choix de fleurs CBD et haschs, toutes les variétés indica, sativa, hybrides...

    Le meilleur choix d’huiles sublinguales et topicales au CBD (mais aussi MCT, CBG...).

    Découvrez notre gamme de produits au CBD pour nos animaux favoris, chiens, chats…

    Le CBD avant un effort sportif permet d’avoir un regain d’énergie sans les effets d’autres stimulants.

    Découvrez notre gamme de vaporisateurs portables et pour la maison.